Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA PARENTALITE PAR ALOMERE

LA PARENTALITE PAR ALOMERE

Savez-vous que cet accompagnement est naturel chez nos amis les dauphins? La future mère dauphin est secondée tout au long de sa grossesse, lors de la naissance du petit et encore après. Alomère seconde les Parents dans leurs interrogations.


Vous l'adorez, mais là!

Publié par Alomère sur 23 Octobre 2010, 18:23pm

Catégories : #devenir parents

http://static.blogstorage.hi-pi.com/monbebeblog.com/a/al/alomere/images/mn/1273650105.pngC’est encore grâce au Dr Terry Brazelton, que nous allons pouvoir comprendre un peu plus les pleurs de bébé.


« Terry Brazelton a enregistré et chronométré les pleurs d’une centaine de bébés, âgés de 15 jours à 2 mois et soumis à la même situation de bruit et lumière. Il a pu constater que tous ces bébés pleuraient en moyenne deux heures par jour au moins. »


Cela vous soulage-t-il ? Non ? Je comprends, car le souci, n’est-il pas d’arriver à accepter que bébé exprime ses besoins très fort, trop fort (et peut-être trop souvent) au point que nos nerfs lâchent ?


Nous sommes amenées à dire «  chut » au bébé. Certes, c’est gentiment, que nous le disons…!

Les pleurs aujourd’hui dérangent.

Mais quel autre moyen bébé a-t-il pour nous dire que ça ne va plus pour lui, bref, pour demander de l’aide ?

 

L’autre souci, c’est quand, après avoir maîtrisé, enfin, ses propres émotions, rien ne parvient à calmer ce bébé. La mère tente tout plein de solutions : le promener comme ça, le tenir comme ci…Pour finalement :


-  Moi ! Sa mère ! Je n’arrive même pas à calmer mon enfant!!!


Et un lourd sentiment d’échec la prend à la gorge. Elle se juge mauvaise mère.

Alors la colère, la culpabilité, un sentiment insoutenable surgissent du fin fond de son cœur.

Et là, que va-t-elle dire à son enfant, cette maman-là, dans cet état-là ? Certainement pas ce qu’elle lui aurait dit à tête reposée.

Les mamans doivent passer le relais de temps en temps, car c’est épuisant de passer ses journées à décrypter les besoins d’un bébé et de tâcher d’y répondre.


Pourtant, il est impossible, même pour la plus attentive des mères de tout comprendre des besoins de son enfant. D’ailleurs, cela serait épouvantable pour le développement de celui-ci. Il doit rencontrer des moments dans sa vie où il réalise que sa mère n’est pas toute puissante. Bien sûr, c’est très frustrant pour lui et aussi pour la maman, d’ailleurs. Mais l’enfant va apprendre peu à peu à puiser en lui ses propres ressources. C’est le début de l’autonomie.


- Je suis là, mon enfant. Je ne comprends pas ce que tu as, ni ce qui te fait tant pleurer, mais je suis là auprès de toi.


Cette tendre approche est le meilleur accompagnement que la maman puisse alors lui apporter. Elle va contribuer, en équilibre avec la réponse à bon nombre de ses besoins, à permettre le développement de l’auto-réponse de bébé.

 

Et nous verrons des bébés qui vont se consoler tout seul en se mettant à jouer, en se câlinant avec un doudou qui sent bon maman, en s’apaisant en trouvant le sommeil, en papotant…


Il ne faut cependant pas occulter les pleurs de douleur, de maladie. Ces pleurs-là sont différents. Ils ressemblent à des miaulements ou bien ils sont hyper aigus. Le médecin sera de rigueur.

http://static.blogstorage.hi-pi.com/monbebeblog.com/a/al/alomere/images/mn/1284665679.png

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !